HQC4 - P5 - Formation de la fédération canadienne - 7 - Politique nationale

Capsule vidéo



Crise économique de 1873


En 1873, la situation économique mondiale est difficile. Une récession majeure touche l’Europe, ce qui entraîne à son tour le Dominion du Canada dans une crise économique. Certaines banques autrichiennes et américaines sont en faillite, ce qui apporte son lot de difficultés aux banques canadiennes. De nombreuses industries sont contraintes de fermer leurs portes, entraînant une hausse du chômage, ou encore de réduire le salaire de leurs employés. Cette situation est aggravée par les faibles tarifs douaniers imposés par le Canada. Ceux-ci permettent aux produits britanniques et états-uniens d’être vendus sur le marché canadien, ce qui une concurrence que les entreprises canadiennes dénoncent. Aux élections de 1878, le parti conservateur de John A.Macdonald revient au pouvoir après avoir présenté pendant la campagne électorale un programme en trois volets pour relancer l’économie canadienne : la politique nationale.


La politique tarifaire


La première mesure de la politique nationale consiste à relever les tarifs douaniers de 25 à 30%. Avant que ces tarifs ne soient rehaussés, les États-Unis vendaient à rabais leur produits sur le marché canadien. L’objectif de cette politique tarifaire protectionniste est simple : puisque les consommateurs canadiens paieront plus cher pour se procurer des produits américains, ils auront davantage tendance à se procurer des biens fabriqués au Canada, ce qui augmentera alors la production industrielle du dominion et stimulera la création d’emplois. Par le fait même, les revenus tirés par la hausse des tarifs douaniers iront dans les coffres de l’État et permettront de financer la construction du chemin de fer transcontinental.

Chemin de fer transcontinental du Canadien Pacifique


La deuxième mesure de la politique nationale consiste à prolonger le chemin de fer jusqu’en Colombie-Britannique, une promesse qui avait déjà été faite en 1871 à la colonie afin de l’inciter à se joindre au Dominion. Le parachèvement de cette ligne de chemin de fer est avantageuse à plusieurs égards. En plus de permettre la colonisation des terres de l’Ouest, il facilite les échanges entre l’est du pays, qui est plus industriel, et l’ouest, qui est davantage tourné vers l’agriculture. Pour mener à bien son projet, la compagnie de Chemin de fer du Pacifique, à qui l’État a confié le mandat de construire ce lien transcontinental, reçoit de l’aide financière du gouvernement. En 1886, l’entreprise peut enfin inaugurer son chemin de fer transcontinental après avoir relevé les nombreux défis techniques qu’implique la construction d’une voie ferrée dans les montagnes Rocheuses.

Colonisation des terres de l’Ouest


La troisième mesure de la politique nationale consiste augmenter l’immigration. Plusieurs raisons expliquent la mise en place cette mesure. D’abord, elle permet au dominion de coloniser les terres de l’Ouest en y envoyant des immigrants. On attire ceux-ci grâce à de la publicité vantant les mérites de l’Ouest du pays, mais aussi en leur offrant des terres cultivables gratuites. La mesure fait son effet puisque de nombreux immigrants européens, surtout britanniques, font le choix d’aller s’y établir. Le chemin de fer transcontinental facilite d’ailleurs leur installation. D’autre part, l’objectif est économique : en augmentant la population du Canada, le gouvernement cherche à créer un vaste marché intérieur de consommateurs qui sont susceptibles d’acheter la production des industries canadiennes. Ils permettent par le fait même au Canada d’augmenter sa production de blé, qui sera destiné au marché intérieur, mais aussi à l’exportation. 

Précision des connaissances





Documents iconographiques
































HQC4 - P5 - Formation de la fédération canadienne - 7 - Politique nationale HQC4 - P5 - Formation de la fédération canadienne - 7 - Politique nationale Reviewed by Jimmy Grenier on 27 octobre Rating: 5