HQC4 - P5 - 6e - Relations fédérales provinciales - Écoles catholiques hors Québec

Capsule vidéo



Écoles catholiques hors Québec


Un autre sujet de tensions dans le jeune Dominion du Canada est sans contredit la question des écoles catholiques hors Québec. Dans cet enjeu, deux groupes de pression s’opposent farouchement et tentent d’influencer les gouvernements afin qu’ils légifèrent sur cette question. D’une part, on trouve des organisations anglophones comme l’Ordre d’Orange, qui souhaitent limiter les droits des catholiques au Canada, jugeant qu’ils sont déjà privilégiés. Certains ont la conviction que les valeurs britanniques sont supérieures aux autres et pour cette raison, il faut imposer la religion et la langue de l’empire, soit la religion protestante et l’anglais. D’autre part, on trouve les différents groupes catholiques, soutenus par le clergé et le gouvernement du Québec, qui pensent qu’on doit défendre les minorités canadiennes-françaises à travers le Canada puisque leurs droits sont brimés.

La question s’est d’abord posée au Nouveau-Brunswick, en 1871. À ce moment, une loi a été adoptée pour faire du système d’éducation de la province un système neutre et non confessionnel dans lequel l’enseignement du catéchisme est interdit, tout comme le port de signes religieux par les enseignants. Cette loi déplaît aux catholiques Acadiens qui veulent garder un système scolaire distinct dans lequel le catéchisme pourra être enseigné. Ceux-ci y voient une occasion de démontrer qu’ils veulent garder leur religion, mais aussi préserver la place de la langue française dans la province.

Le Manitoba vit une situation similaire en 1890. Bien que vingt ans plus tôt, Louis Riel ait pu faire inscrire dans la loi du Manitoba les droits des catholiques et des francophones, le gouvernement manitobain cesse de subventionner les écoles catholiques, ce qui rend la situation de celles-ci très précaire. Le gouvernement met alors en place un système d’éducation public et anglophone. Il justifie cette loi par la diminution de la proportion de catholiques dans la province, une situation qui s’explique par le départ de plusieurs Métis vers l’ouest, mais surtout par l’arrivée massive de colons anglophones. Durant la crise, le clergé catholique canadien français réclame une intervention du gouvernement fédéral afin de protéger les écoles catholiques du Manitoba. Il faut cependant attendre plus tard avec l’arrivée au pouvoir de Wilfrid Laurier pour qu’un compromis soit proposé.

Précision des connaissances


Documents iconographiques
















HQC4 - P5 - 6e - Relations fédérales provinciales - Écoles catholiques hors Québec HQC4 - P5 - 6e - Relations fédérales provinciales - Écoles catholiques hors Québec Reviewed by Jimmy Grenier on 22 octobre Rating: 5