Culture et mouvements de pensée - Régime britannique – Le libéralisme


Durant tout le Régime britannique, plusieurs acteurs incarnent le libéralisme.  Ce mouvement de pensée prône, comme son nom le dit, la liberté, mais aussi l’égalité et d’autres valeurs qu’on regroupe sous le nom d’idées libérales.  Celles-ci ont en commun d’accorder une grande importance à l’individu qu’on doit protéger du pouvoir arbitraire des rois.  Par exemple, selon la doctrine du libéralisme, tous doivent jouir de la liberté d’expression ou encore de la liberté de presse.  Au niveau politique, les libéraux prônent le droit à tous de participer à l’exercice du pouvoir.

Dans la colonie britannique, il existe plusieurs manifestations culturelles associées au libéralisme.  Les premiers à s’être inspirés des idées libérales, ce sont les immigrants britanniques qui réclament, au lendemain de la Conquête, une chambre d’assemblée.  Ils obtiennent gain de cause en 1791 quand ils acceptent de permettre aux catholiques d’en faire partie.  Le libéralisme sera aussi un courant de pensée bien présent dans la bourgeoisie professionnelle Canadienne française du début du 18e siècle. C’est à travers des journaux d’opinion comme le Journal Le Canadien qu’ils vont exprimer leur soif de liberté.  C’est un membre de cette bourgeoisie, Ludger Duvernay, qui fonde la Société St-Jean Baptiste, en 1834.  Celle-ci se réunit à un banquet le 24 juin pour célébrer la nation et rappeler que seul le peuple est légitime pour exercer l’autorité politique.  Du côté anglophone, c’est le journal : The Vindicator qui diffuse le libéralisme.  Fondé en 1828 par Daniel Tracey, un Irlandais, son slogan «  Justice pour toutes les classes; monopoles et privilèges pour aucune » laisse bien peu de doutes quant à son orientation libérale.   Un des rédacteurs du journal va d’ailleurs appuyer Louis-Joseph Papineau et le Parti Patriote dans leurs luttes pour obtenir davantage de démocratie pendant les Rébellions de 1837-38.  La déclaration d’Indépendance de Nelson, en 1838, est elle aussi inspirée du libéralisme.  Le drapeau des Patriotes, quant à lui, est inspiré grandement du drapeau républicain français, un symbole des luttes faites au nom de la liberté.   Dans un autre ordre d’idée, le Theater Royal, à Montréal, est fondé en 1825 avec l’appui de l’homme d’affaires John Molson.  On associe la fondation de ce théâtre au libéralisme parce que durant le Régime français, les représentations théâtrales étaient souvent dénoncées par l’Église catholique.  En 1860, c’est au tour de l’Art Association of Montréal de voir le jour.   Cette association, qui est de nos jours le  Musée des Beaux-arts de Montréal, valorise alors la liberté d’expression en diffusant les œuvres d’art à Montréal.


Jimmy Grenier

Enseignant au secondaire depuis une dizaine d'années, j'utilise ce site pour donner aux élèves un outil supplémentaire pour favoriser leur apprentissage.

0 commentaires: